Max & Co: la pâte suisse

Max & Co: la pâte suisse
Aucun vote pour l'instant.
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 14 février 2008

Une seconde et demi à l'écran nécessite une journée de tournage. Bien que cela paraisse peu, le rythme est plus rapide que sur d'autres plateaux de film d'animation comparables.

Le secret de l'équipe de Max & Co: un logiciel qui permet d'automatiser les mouvements de la grue, les réglages de l'appareil photo et les lumières par ordinateur. Cette méthode est révolutionnaire, car d'habitude ce sont des techniciens qui gèrent tout cela.

Grâce à cette technologie dernier cri, les réalisateurs Frédéric et Samuel Guillaume ont pu économiser entre 2 et 3 millions de francs. « Cela nous a fait gagner beaucoup de temps » explique Samuel Guillaume. « On a tourné sur une période de 9 mois, alors que normalement un film de cette envergure prend 12 mois. »

Le film a coûté 32 millions de francs, le plus gros budget de l'histoire du cinéma suisse. Pourtant, c'est beaucoup moins que les autres long métrage d'animation anglais ou américain. Pour savoir comment faire autant, mais avec moins de moyens, les frères Guillaume ont visité le tournage des « Noces Funèbres» de Tim Burton. « Chez les gros studios, on a remarqué une crainte du risque technologique. Ils préfèrent utiliser des techniques basiques et engager des dizaines de personnes pour pallier au manque. Nous c'était plutôt le contraire», observe l'un des réalisateurs.

L'arme secrète des frères Guillaume a été entièrement développée par les informaticiens de l'école d'ingénieurs de Fribourg. Stépane Pierroz a conçu « Animotion » le logiciel sur 3 ans. « D'habitude en tant qu'ingénieur informaticien on est planté devant un écran tandis qu'avec ce projet, c'était vraiment amusant puisqu'il y avait des grues qui bougeaient, de la lumière a piloter, et une centaine de personnes qui dépendaient de son travail » se réjouit Stéphane Pierroz, qui a passé beaucoup de temps sur le plateau à résoudre les bugs.

Avec « Animotion », le travail des animateurs est également devenu plus facile. Cela a permis au producteur d'embaucher les meilleurs. « Sur les 10 meilleurs animateurs de la terre on avait plus de la moitié dans le studio » se félicite Benoît Dreyer. « Ces gens sont habitués à des mégas productions, coûtant entre 40 et 80 millions de dollars. La question était alors de savoir comment les convaincre de venir travailler avec nous, qui avions un plus petit budget. L'une des solutions, c'était la technologie. »

Le succès financier de Max & Co dépend maintenant du public. Mais pour les frères Guillaume et leur producteur, c'est déjà une réussite technique. Ils préparent leur prochain film et envisagent de louer leur logiciel miracle à d'autres grosses productions.

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage