Les papys télésurveillés

Les papys télésurveillés
Votre notation : Aucun Moyenne : 5 (2 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 16 janvier 2009
  • Reportage: Laurent Burkhalter
  • Montage: Charles D. Fischer

Erwin a 86 ans. Malgré son âge il fait ses courses tout seul chaque matin. Tout seul ou presque : car sur son poignet, il porte un bracelet-téléphone d'urgence muni d'une puce GPS. Une simple pression sur une touche et il est immédiatement relié à ses proches. Ceux-ci peuvent le géo localiser sur internet. Commercialisé par l'entreprise GEBOA, cet appareil vient de sortir en Suisse.

Le troisième âge représente un marché en pleine expansion. En 2040, 25 % des Suisses auront plus de 65 ans, 10 % de plus qu'en l'an 2000. Du coup, les gadgets technologiques pour les aider se multiplient.

Spécialiste de la domotique, l'entreprise Adhoco développe des solutions pour rendre les appartements des seniors plus sûrs et « intelligents ». Par exemple, elle a équipé le logement de Verena d'une série de capteurs. Grâce à eux, les lumières s'allument et les stores se lèvent automatiquement. Ce système, installé dans le cadre d'un projet pilote dans la région de Berne, simplifie la vie des locataires âgés. « Normalement, je devrais marcher dans le noir deux mètres depuis mon lit jusqu'à interrupteur, et je risquerais de trébucher », explique Verena, 84 ans.

Le système apprend également les habitudes de la personne. Par exemple, il sait que chaque matin, Verena se lève à 7:30, pour se rendre dans la cuisine. Si un jour le système ne détecte plus les mouvements habituels, il déclenche une alarme. Une centrale de surveillance, ou un proche, interviendrait aussitôt. Grâce aux capteurs de présence, les familles peuvent savoir exactement dans quelle pièce se trouve la personne âgée, via internet.

Mais ce genre de système ne convainc pas tous les experts. « Il faut vraiment qu'il y ait une justification médicale pour pister tous les mouvements des personnes âgées », tempère Hermann-Michel Hagmann. « Il faut éviter que la personne se sente espionnée, elle a toujours droit à sa sphère privée. » Démographe, Hermann Michel Hagmann a développé l'aide à domicile dans la région de Sierre et a publié un livre sur comment vieillir chez soi. Pour lui, la technologie est utile, car elle renforce les liens entre la personne âgée et ses proches. Mais il ne faut pas aussi en abuser. « Est-ce judicieux d'installer des stores électriques, ou ne serait-il pas préférable de les laisser une des rares activité musculaires dans la journée? ».

Malgré les innovations technologiques et l'engagement des professionnels, la plupart des seniors ne vieillissent pas chez eux. Les soins à domicile ne représente que 2 % des dépenses totales du système de santé.









Vidéos bonus

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage