L'ingénieur voltigeur

L'ingénieur voltigeur
Votre notation : Aucun Moyenne : 4.8 (26 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 25 mai 2010

Reportage: Zian Marro
Montage: Charles D. Fischer
Mixage: Philippe Lahaye

Passionné de voltige et chargé de cours à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Jean-Christophe Zufferey s'est inspiré des insectes pour inventer une nouvelle famille de robots volants. Portrait de cet ingénieur pas tout-à-fait comme les autres.


«Prêt au vol !» lance, désinvolte, Jean-Christophe Zufferey en s'installant à bord de l'Extra 200. Sur la place d’aviation de Bex, le jeune ingénieur s’apprête à fendre le ciel de la plaine du Rhône.

File 4347A 35 ans, ce Valaisan de Saint-Luc a déjà près de 600 heures de vol au compteur. Le programme est impressionnant : looping, tonneaux, renversements, les figures s’enchainent avec fluidité. «Je me suis mis à vouloir recevoir des avions à Noël depuis tout gamin, se souvient le pilote. Je devais avoir dans les 10 ans lorsque j’ai commencé le modélisme.» Aujourd’hui, il est champion suisse de voltige, catégorie "advanced".

En 2001, alors étudiant en microtechnique à l’EPFL, Jean-Christophe Zufferey va faire de sa passion son métier. «C’est la rencontre d’un chercheur de l’EPFL qui travaillait en robotique et ma passion de l’aviation qui ont donné lieu à cette envie de faire de la robotique volante», raconte l’ingénieur.

La thèse du jeune chercheur porte sur un petit avion d’à peine 10 grammes inspiré de la mouche. Ce droneFile 4348 complètement autonome est équipé de trois capteurs, d'un gyroscope et d'un anémomètre qui lui permettent d’éviter les obstacles.

Aujourd’hui le laboratoire des systèmes intelligents dirigé par le professeur Dario Floreano foisonne de projets liés à la robotique aérienne. Certains travaillent sur une machine, à mi-chemin entre un avion et un hélicoptère, capable de redécoller toute seule après un crash. Deux autres doctorants ont installé un bureau mobile dans une roulotte en pleine campagne vaudoise, près de Bioley-Orjulaz. Ici, le but du jeu est de faire voler ensemble une dizaine de drones autonomes en même temps. «On veut déployer un essaim pour relayer de l’information wifi», explique Jean-Christophe Zufferey. Un réseau wifi où chaque drone fonctionnerait  comme une antenne relais et qui pourrait être très utile à une équipe de sauveteurs, après une catastrophe naturelle par exemple.

Mais le projet le plus aboutit découle directement de la thèse de Jean-Christophe Zufferey. Un drone munis de sept capteurs qui lui permettent d’éviter les obstacles et de suivre le relief du terrain. Un fois son programme de vol planifié par GPS, cet engin de cinq cents grammes évolue de manière autonome. Avec deux collègues de l’EPFL, Jean-Christophe Zufferey a décidé de tenter l’aventure entrepreneuriale et de commercialiser l’appareil. En 6 mois, la jeune startup a déjà vendu une quinzaine d’appareils, entre 5'000 et 7'500 francs suisses la pièce. «Certains pensent qu’on est au début de l’ère des drones civils, et je suis de ceux-là, affirme Jean-Christophe Zufferey. Je pense qu’on va avoir de plus en plus de ces systèmes pour prendre des images, faire de la cartographie ou de la météorologie.»

 

Bonus:

Jérôme Cusin, pilote et instructeur de voltige

J.-C. Zufferey: le parcours

Le vol de Nouvo: l'intégrale!

Commentaires

Portrait de Antoine Beyeler
Portrait de Erick Guilleray

bonjour,
Intéressé par les drones de Jean-Christophe Zufferey, j'aimerai connaitre l'adresse de son entreprise.
Merci
E.Guilleray

Portrait de David H.

Bravo JC. Superbe boulot!

Portrait de Corentin Legris

Super reportage ! Ces avions sont drônes, c'est un magnifique travail. Bravo !

Portrait de Jean-Claude

A Nouvo, vous nous gratifiez d'un excellent sujet! Félicitations!

Ceci dit, la conclusion de ce reportage fait ressortir l'éternel côté néfaste des nouvelles technologies: La diminution régulière de la vie privée et du droit des personnes...

Par exemple, qu'en sera-t-il de la protection des données, lorsque ces drônes civils iront survoler des plages de nudistes ? ou quand un mari jaloux surveillera à distance les moindres faits et gestes de sa femme?

Demandez à Google, ce que ça représente de filmer les gens à leur insu...

Portrait de Antoine Beyeler

senseFly: http://www.sensefly.com
Laboratoire des Systèmes Intelligents (LIS-EPFL): http://lis.epfl.ch

Portrait de Eric Thuillard

Magnifique ! bravo ! tres beau reportage, tres interessant et bravo a JC et sa start-up Sensefly!

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage