La 3D révolutionne la médecine

La 3D révolutionne la médecine
Votre notation : Aucun Moyenne : 4.6 (32 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 19 juillet 2010

Reportage: Zian Marro
Montage: Karim Trabelsi
Mixage: Philippe Lahaye

La 3D n'est pas l'apanage du cinéma ou de la télévision. En médecine, elle permet aujourd'hui d'améliorer très concrètement le geste du chirurgien. A l'avenir, notre dossier médical pourrait ressembler à un fichier numérique, comprenant le clone en 3D de notre corps et de nos organes.

Aux Hôpitaux Universitaire de Genève (HUG), le Professeur Morel s’apprête à opérer son patient. Le chirurgien sait déjà ce qu’il va trouver, mais surtout où aller le chercher. Sur l’abdomen du patient est projetée une représentation exacte de ses organes internes. «Voici le pancréas, qui est l’organe que l’on va opérer», indique Philippe Morel, médecin-chef du service de chirurgie viscérale aux HUG, en pointant son index sur le thorax du malade.File 4540

Lors de l’intervention, l’image projetée permet au chirurgien de s’orienter à l’intérieur du corps du patient, lors d’une opération par laparoscopie par exemple.

Cette image, copie exacte des organes du patient, est obtenue grâce aux coupes d’un scanner traditionnel. Le logiciel Osirix recrée toute la zone abdominale du patient en 3D, à partir des images en noir et blanc et en deux dimension du scanner. «Je peux voir les rapports exacts d’une tumeur avec les organes de voisinage, s’enthousiasme le médecin, je peux travailler sur l’organe, le voir sous différents angles. J’ai donc un geste chirurgical plus précis, plus dirigé, plus sûr et aussi plus rapide.»

Pr Osman Ratib: la révolution depuis le bureau
La révolution réside non seulement dans l’image, mais surtout dans le fait que le chirurgien lui-même peut générer ces reproductions 3D. «Avec un peu d’entrainement, le chirurgien peut, avant le bloc, préparer ces images et amener en salle ce dont il a besoin pour effectuer son intervention», explique le Dr Francesco Volonté, passionné d’imagerie médicale et chef de clinique au service de chirurgie viscérale des HUG.

Le logiciel Osirix, qui permet cette prouesse technique est un produit cent pour cent genevois. Développé par le Dr Antoine Rosset et le Pr Osman Ratib, il est aujourd’hui distribué en open source et donc gratuitement partout dans le monde. «Dans la communauté médicale, on pense qu'il existe aujourd’hui 50 à 60 mille utilisateurs réguliers de ce logiciel», se réjouit Osman Ratib, chef du département imagerie des HUG.

Aujourd’hui la 3D est en train de révolutionner la médecine. Dans la recherche, elle a pris un place prépondérante. «Ce sont certainement les application médicales qui ont le plus d’avenir dans la 3D, note Nadia Magnenat-Thalmann, directrice du laboratoire Miralab de l’Université de Genève, et il y a tant à faire que toute le XXIème siècle sera occupé à cela !»

File 4541

Au laboratoire Miralab, on travaille sur les articulations en mouvement. Pour obtenir un reproduction en 3D et en mouvement de la hanche, le cobaye doit d’abord passer par un examen IRM. Ensuite, on scanne l’enveloppe extérieur du sujet pour obtenir son clone exact. Enfin, on effectue une capture de ses mouvements grâce au Motion capture.

Pr Nadia M.-Thalmann: le rôle des capteurs

 

La corrélation des données de ces trois étapes permet d’obtenir une copie très précise de la personne et de ses articulations. «Si on parvient à faire des corps physiologiques et anatomiques qui sont des doubles correspondant à la personne réelle, explique la Professeure Magnenat-Thalmann, on pourra alors aller se promener dans toutes les articulations et analyser ce qui s’y passe, avant de faire quoi que ce soit !»

Demain, peut-être, aurons-nous tous notre clone médical. Gain de temps et de précision pour le chirurgien, traumatisme diminué chez le patient, la 3D est bien plus que l’avenir de l’imagerie médicale, elle participe d'ores et déjà à son développement.

Pr Philippe Morel: le robot et le chirurgien

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage