Les avions mettent la sourdine

Les avions mettent la sourdine
Votre notation : Aucun Moyenne : 3.8 (10 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 25 avril 2011

Reportage: François Roulet
Montage: Charles D. Fischer
Animation: J-D Kneubuehler
Mixage: Philippe Lahaye

La grogne des riverains des aéroports et de nouveaux objectifs européens en matière de bruit contraignent les industriels à réduire le volume sonore des réacteurs. A l’EPFL, une solution prometteuse est à l’étude : absorber le bruit des moteurs avec des haut-parleurs.

Le trafic aérien se porte bien. A Genève, lors des trois premiers mois de l'année 2011, l'aéroport a enregistré une augmentation des vols de 7.2% par rapport au premier trimestre 2010. De bonnes nouvelles, sauf pour les riverains. "Avec l'augmentation du trafic, le bruit augmente en conséquence, constate Mike Gerard, le président de l'association des riverains de l'aéroport de Genève.  Il est vrai que les avions modernes sont moins bruyants qu'il y a quarante ans. Mais les nuisances sont plus importantes aujourd'hui.  Il y beaucoup plus de vols. Y compris, parfois, tard le soir."

Une réduction du trafic aérien au cours des prochaines années apparaît peu probable. File 5466La seule solution pour réduire la pollution sonore à l'orée des aéroports demeure donc, outre les procédures de vols, de développer des avions encore moins bruyants. L'industrie y travaille. "Nous devons respecter des objectifs européens qui imposent une réduction du bruit de 50 pour-cent à l'horizon 2020, explique Francis Couillard, responsable de questions d'environnement chez SNECMA, l'un des principaux fabriquants de réacteurs. Ces objectifs sont très contraignants et nécessitent des investissements massifs en recherche et développement."

Explications d'Hervé Lissek
Pour y parvenir, les industriels financent des projets de recherche au sein des universités européennes. Et l'une des pistes les plus prometteuse provient de l'EPFL. Au laboratoire d’acoustique et d’électromagnétisme, Hervé Lissek et son équipe développent des membranes de haut-parleurs qui absorbent l’énergie sonore. « L’onde acoustique met en vibration la membrane du haut-parleur et se dissipe ainsi en partie dans des pertes mécaniques. Imaginez que vous soyez au foot. Si vous restez rigide la balle va rebondir sur votre torse. Si, par contre, vous accompagnez le mouvement, vous amortissez le ballon. C’est exactement ce qui se passe avec le haut-parleur et l’onde acoustique ».

 File 5467Ces membranes qui captent l’énergie sonore seront miniaturisées puis intégrées dans les parois des réacteurs. Munis d’un système électrique ces petits haut parleurs pourront même s’adapter aux différentes fréquences sonores relatives au décollage à l’accélération ou à l’atterrissage. La technologie pourrait être prête d’ici une dizaine d’années.  

François Roulet

 

 

 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage