Mon smartphone me coache !

Mon smartphone me coache !
Votre notation : Aucun Moyenne : 3.3 (6 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 12 novembre 2012

Reportage: Yann Dieuaide

Montage: Enrico Pizzolato

Mixage: Philippe Lahaye

Le marché des applications mobiles continue son incroyable expansion. Après avoir passé le cap du million en début d’année, les nouveautés sont toujours aussi nombreuses. Dernière mode en date: les applications de "coaching".

534À la faculté Informatique et Communications de l’EPFL, des étudiants ne quittent plus des yeux leur dernière invention depuis quelques mois. Il s’agit d’une application mobile surprenante, appelée Groupfun. Elle permet à ces jeunes chercheurs du Human Computer Interaction Group, de savoir en temps réel qui fait quoi, où chacun se trouve et de s’inviter mutuellement à plus d’activité. "Ce qu’on peut faire, c’est être dans un petit groupe d’amis, un mini réseau social, et motiver ses amis à faire plus d’exercice, explique Gabriel Safar, assistant de recherche à l'EPFL. Chaque personne dans le groupe porte un petit capteur qui enregistre combien de pas, de kilomètres, d’escaliers elle fait par jour. Ensuite, via une base de données qui rassemble ces informations, on peut voir les performances de la personne, mais aussi celles des autres." Cette application, qui n’existe encore que dans sa version test, est intéressante car elle illustre une des grandes tendances du moment sur smartphone: le coaching ! Pour vous aider à mieux dormir, pour savoir si vous êtes en forme ou encore pour calculer vos performances sportives, il existe à chaque fois une proposition. La dernière en date s’appelle iConfident.

533Cette solution, imaginée par une jeune lyonnaise, permet de chater en direct avec une équipe de conseillers... Majoritairement des étudiants en psychologie à qui poser une question coûte un franc nonante pour une réponse de cinq à 6 lignes. Angélique Grimberg, fondatrice de iConfident, explique: "Les coaches sont là pour soutenir les personnes qui dans l’urgence, dans l’immédiateté, ont besoin tout de suite d’une écoute. Par exemple, une dame qui vient de se disputer avec son mari. Il est 23 heures, elle ne peut pas contacter ses amis parce qu’il est tard. Elle va nous contacter pour avoir un soutien neutre, professionnel et immédiat."

Public visé : les adolescents et les étudiants, une génération pour qui le smartphone est devenu un objet de l’intime. Peut-il pour autant être un outil pour soigner, traiter ? Le docteur Yasser Khazaal, psychiatre aux Hôpitaux Universitaires de Genève, met en garde : "Avec un smartphone, ce que l’on peut faire de bien, c’est des évaluations brèves, donner des feedbacks simples à une personne par rapport à une consommation d’alcool, de tabac. Par contre, il faudrait se méfier d’un soin complet ou de penser que l’on va avoir un soin complet via ces applications." À Lyon, Angélique Grimberg ne prétend pas que ses conseillers soient médecins. Elle a mis en place une charte déontologique et a donné à ses employés une liste de numéros de professionnels pour réorienter en cas d’urgence… Un sérieux absent de beaucoup d'applications et de sites surfant sur la psychologie et l’information médicale.

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage