Virtopsie: la mort passée au scanner

Virtopsie: la mort passée au scanner
Votre notation : Aucun Moyenne : 4.6 (10 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 14 janvier 2013

Reportage: Yann Dieuaide

Montage: Karim Trabelsi

Mixage: Philippe Lahaye

La médecine légale vit une petite révolution. En cause: l’introduction des technologies d'imagerie médicale. Scanner et IRM permettent de réaliser désormais des autopsies virtuelles, suivies d’interventions beaucoup moins invasives. Ces outils accélèrent aussi le travail des enquêteurs.

L’imagerie s’invite dans les salles d'autopsie depuis 3 ans. On appelle ça la virtopsie. À Marseille, où les homicides par arme à feu sont très nombreux, et où quelques 650 autopsies ont lieu chaque année, les médecins y ont recours de plus en plus. "C’est un apport énorme, c’est un gain de temps pour nous qui est énorme, explique Jacques Desfeux, médecin légiste à l’hôpital de la Timone. Ça ne remplacera pas l’acte de l’autopsie, puisque même si on a des images très intéressantes, on ne peut pas par une imagerie aller prélever des projectiles ou faire tous les prélèvements de toxicologie, mais sur le plan balistique c’est très très important."

610Initiée aux États-Unis, l’autopsie virtuelle correspond à l’emploi de deux outils dans le diagnostic post-mortem. D’un côté, le scanner pour visualiser les parties osseuses, de l’autre l’IRM pour les tissus et les organes, mais dont l’utilisation est plus rare. Résultat : les autopsies se font maintenant avec les radiologues. L’image virtuelle permet soit de guider le légiste avant la dissection, soit de confirmer les résultats d’examen. "On scanne le corps du sommet du crâne au bout des orteils, détaille Guillaume Gorincour, radiologue à l’hôpital de la Timone de Marseille. On est dans des précisions de 0,6 millimètre en termes de taille de structure, et puis on a accès aux données de manière infinie. On a un stockage qui fait que dans dix ans si une affaire est rouverte, on peut en trois clics retrouver les images du scanner sans aucune perte de données, sans aucune modification."

611Outre Marseille, deux villes sont en pointe aujourd’hui en matière de virtopsie: Zurich avec l'équipe pionnière du Professeur Michael Thali, mais aussi Lausanne. Au CHUV, c’est le docteur Caroline Rouleau qui est la spécialiste du sujet. Cette légiste réalise des autopsies de nourrissons, victimes de mort subite. L’IRM en particulier lui permet de limiter l’ampleur de ses interventions et de remettre au plus vite les corps aux familles. "En imagerie, on ne peut pas calculer le poids, explique la praticienne, active au sein de l'Institut universitaire de pathologie de Lausanne. Par contre, il y a des outils qui permettent d’évaluer les volumes, et à partir du volume, on peut arriver au poids. Donc, ce qui fait que l’on a plus besoin de retirer des organes. On peut les laisser dans le corps, tout en ayant des renseignements de même signification."

Respect des corps, respect des proches et des croyances religieuses, la virtopsie représente une avancée décisive. Une technologie pour mieux comprendre mais aussi pour prévenir. Permettre par exemple une nouvelle naissance, à l'abri de tout accident, dans le cas de la mort subite du nourrisson.

Petit entretien bonus avec le docteur Pierre Massiani, médecin légiste retraité. Il intervient en tant qu'expert dans les procédures judiciaires. La virtopsie, ça permet de faire quoi ? D'autres clefs pour comprendre...

Dr. Pierre Massiani, expert en balistique terminale à Marseille

Commentaires

nouvo

Bien reçu Dr Grabherr. Nous vous faisons signe directement dans les prochains jours.

Portrait de Silke Grabherr

Malheureusement, il me semble que vos informations sont incomplètes et que vous mélanger certains termes, notamment imagerie forensique et imagerie post-mortem ainsi que médecin légiste et médecin pathologue.

Je me tiens à votre disposition pour vous recevoir si vous le désirez.

nouvo

À notre connaissance, l’imagerie post-mortem n’est ni une invention ni un domaine réservé du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale de Lausanne. De nombreux médecins et pathologues travaillent à l’heure actuelle en Europe comme en Amérique du Nord sur ces nouvelles techniques.

Pour être précis, la virtopsie a germé dans l’esprit du Professeur Gil Brogdon, de l’Université d’Alabama du Sud, à la fin des années 90. Et c’est le Professeur Michael Thali, qui en 2007 à l'Université de Berne, a véritablement mis au point le procédé.

Nouvo a fait le choix de se rendre à Marseille, non pas pour ignorer vos travaux, mais simplement, parce que, d’après nos recherches, c’est dans ces lieux que nous pouvions donner le plus de choses à voir et à comprendre. Le nombre d'autopsies médico-légales, réalisées par le Centre Universitaire de la Timone, est peu contestable : plus de 220 depuis fin 2008.

Quant au docteur Caroline Rouleau de l’IUP de Lausanne, nous sommes allés la rencontrer, car il nous semblait très intéressant d’éclairer la problématique de la mort inattendue du petit enfant. Comme déjà dit, l’expérience de cette pathologue n’est pas à mettre en doute. Le docteur Rouleau fait partie des spécialistes reconnus et publiés dans la littérature internationale dans ce domaine.

Sur le fond, Nouvo s’intéresse au travail de tous les scientifiques sans préjugés ni critères. Nous serions tout à fait partants pour réaliser un reportage au sein du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale, si vous deviez avoir envie de nous accueillir.
Cordialement.
L’équipe de Nouvo.

Portrait de Carole Henri

Vos journalistes n'avaient juste qu'à aller sur google...

Dr Silke Grabherr

En plus des lauréats du prix Leenard dans ce domaine, cela ne court pas les rues!

A bon entendeur...

Portrait de Carole Henri

Et voilà...

Portrait de Silke Grabherr

Il est regrettable que les auteurs de cette émission ne controlent pas leurs informations.

Je me permets de rappeler que l'imagerie forensique (pour rappel virtopsy® est un terme protégé) est une spécialité du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale, pratiquée par des médecins légistes en collaboration avec des radiologues.

Vos propos sont donc inexacts, notamment lorsque vous affirmez que la "virtopsy" est une spécialité du domaine de l'institut universitaire de pathologie en général et d'un de ses médecins associés en particulier.

Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute la documentation qui apparemment vous fait défaut à ce sujet.

Dr Silke Grabherr
Responsable de l'imagerie forensique
Centre Universitaire Romand de Médecine Légale
Responsable du groupe de travail sur l'imagerie forensique de la Société Suisse de Médecine Légale

nouvo

Carole,

l'institut universitaire de pathologie de Lausanne(IUP) fait totalement partie du CHUV. Le Docteur Caroline Rouleau est médecin associée et pédopathologue au sein de l'IUP.

De plus, au sein du CHUV, elle est l'un des médecins, si ce n'est le médecin, qui est le plus en pointe en matière de virtopsie. Elle contribue chaque jour à ce que l'IRM et le scanner soient utilisés de plus en plus - quand c'est utile - dans les diagnostics post-mortem.

Bien cordialement.

Portrait de Carole Henri

Trés bon reportage...

Dommage que les journalistes de Nouvo ne se soient tout de même pas adressé à l'institut médico légal du CHUV. Sans être un scientifique, je crois logique de penser que se sont eux qui font les virtopsie. Et pas vraiment cette pathologue interviewée... Cela décrédibilise complètement leur travail (celui des journalistes) à la fin...

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage