42, l’école qui casse les codes

42, l’école qui casse les codes
Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (11 votes)
<obtenir le code d'intégration de la vidéo>
Publié le 15 octobre 2013

Reportage: Marc Gagliardone

Montage: Enrico Pizzolato

Mixage: Philippe Lahaye

Pénétrer dans le bâtiment de l’École 42 est une expérience en soi. Ambiance science-fiction: design, œuvres d’art contemporain, immenses salles de classes remplies d’ordinateurs. Futuriste.


Le nom "42", est d’ailleurs inspiré du Guide du Voyageur intergalactique de Douglas Adams. Le chiffre 42 est la réponse à la grande question de la vie et de l’univers. Tout un programme.

L’école ouvre ses portes pour la première année avec un concept iconoclaste, en rupture avec l’enseignement universitaire classique. L’école est ouverte à tous, gratuite, et sans condition de diplôme.

Le but des fondateurs, notamment de Xavier Niel (Pdg du groupe Iliad) et de Nicolas Sadirac (ancien directeur de l’école Epitech), est de recruter et de former les programmeurs informatiques qui construiront le monde numérique de demain.

 

Recruter d’abord

Une première phase de sélection a été organisée sur Internet avec des tests de logique et psychotechniques. Soixante-cinq mille personnes les ont passés, trois groupes de 800 élèves ont été retenus pour participer à la "piscine", une dernière phase de sélection qui donnera à environ 1000 élèves un sésame pour trois années de formation.

La "piscine" est un condensé de la méthode pédagogique sauce "42", une méthode appelée "peer-to-peer". Dans cet apprentissage, la présence du formateur est minimale. Les élèves ont le support de cours numérique sur leur ordinateur et des problèmes informatiques à résoudre. Ils sont encouragés à échanger entre eux, à trouver eux-mêmes les informations nécessaires, notamment sur Internet. La méthode "peer-to-peer" encourage la débrouille, la coopération et la créativité. Le principe est poussé à son maximum dans cette école "no limit", selon les mots de Nicolas Sadirac, le directeur pédagogique de l’École 42. Dans ce bâtiment, les néons blancs sont allumés en permanence et partout. Les candidats de la "piscine" sont poussés dans leurs derniers retranchements avec des cadences de travail très élevées.

 

Il y a aussi le "rush", une période de vingt-quatre heures de travail continu pendant laquelle les candidats doivent résoudre un exercice informatique par heure. Il y a les exercices de programmation de plus en plus complexes. Les résultats sont passés dans ce que l’on appelle ici la "moulinette", un programme informatique de correction très basique. Une simple faille dans la réponse, c’est zéro. Si c’est juste, c’est 1.

Pour tenir ce rythme de travail, les élèves peuvent dormir sur place, gratuitement, sur des matelas pneumatiques. Et ils le font tous. Pas vraiment le choix si on veut avoir une chance d’être retenu pour la formation de trois ans. Le logement est gratuit mais là aussi, la "méthode 42" s’applique. Dans les salles de repos, les néons fonctionnent 24h sur 24.

Ces conditions n’effraient pourtant pas les candidats les plus motivés. La difficulté de la sélection et la méthode pédagogique "peer-to-peer" renforcent les liens entre les élèves.

L’ambiance de travail est clairement détendue. Dans les grandes salles remplies d’ordinateurs, parfois, un élève se met à chanter, danser. Des éclats de rire fusent dans l’air régulièrement. Le niveau intellectuel général est élevé, des discussions s’engagent un peu partout, soit pour évoquer un problème informatique dans un langage incompréhensible pour le commun des mortels, soit pour se détendre dans cet océan de travail.

 

L’École 42 vend du rêve à ces hackers en herbe. Le projet se veut philanthropique.

Xavier Niel a investi 50 à 70 millions d’euros pour garantir les premières années de fonctionnement. Le retour sur investissement est indirect. Il se fait notamment à travers des collaborations avec des entreprises et d'autres écoles (dont la prestigieuse école de commerce parisienne HEC). Xavier Niel est directeur du groupe Iliad, propriétaire de l'opérateur internet Free. Il a investi dans un portefeuille d’une centaine de start-ups travaillant dans l'économie numérique. Le bénéfice sera macro-économique, d'après lui. L’idée de Xavier Niel et Nicolas Sadirac est de donner un nouveau souffle à l’économie numérique en France en allant recruter les talents inutilisés.

Leur première réussite, c’est d’arriver à susciter une forte attention médiatique. Tous les yeux sont tournés vers cet immeuble éclairé de la Porte de Clichy, un brin mystérieux.

 

Commentaires

Portrait de ChéguNiel

Idée très intéressante et certainement très rentable (elle n'a pas été eue par un grand business man pour rien) mais mise en pratique très douteuse.

Je suis vraiment pour son aspect basé sur l'innovation et son côté anti-école traditionnelle mais tout à fait contre les conditions de travail et d'études qui y sont proposées et qui se rapprochent (toutes proportions gardées) à des entreprises du style Foxconn. Sauf qu'ici, les jeunes sont réellement motivés à aller apprendre et ne le font pas par nécessité financière comme cela peut être le cas en chine.

Bref, une belle possibilité de s'octroyer une main d'oeuvre à très bon marché (cf. "Quand Apple remercie l'école de Xavier Niel pour la MAJ 10.8.5"). Et un joli coup de pub aussi pour Apple qui placarde son logo sur tous les postes présents dans la salle de la "piscine". Heureusement que la période de la "piscine" [leur période d'immersion totale au sein de l'école] comme ils l'appellent (avec ouverture 24/24-7/7 et stimulations quasi permanentes) ne dure pas trop longtemps. Je suis convaincu des énormes progrès que doivent réaliser ces élèves en si peu de temps, tellement l'expérience doit être intense. Mais attention au surmenage. Alors, qu'en est-il de la loi sur le travail? Ne s'applique-t-elle pas sur les étudiants? NielMerci à toute l'équipe de Nouvo, pour vos reportages.

Portrait de Bruno

Il n'y a pas de "best practice", c'est leurs mots d'ordre.
En gros il veulent de l'innovation et donc de la liberté et non des règles qui castreraient le côté créatif de la programmation. Pour la lisibilité du code, ils pensent que les programmeurs y viendront naturellement car ils vont faire essentiellement des projets en équipe, code commenté donc.

Après, je ne vois pas pourquoi un programme "mal codé" serait illisible et un programme "bien codé" serait lisible. Si tu places la lisibilité d'un source par un humain comme l'élément permettant d'estimer sa qualité supérieur...

nouvo

Merci aux "amateurs" de notre "programme" d'avoir souligné l'impardonnable erreur. Le "programmateur"a été purgé du reportage et de toutes ses versions.

Portrait de Snessy

Tenez votre armée de programmateur :

http://img593.imageshack.us/img593/9163/54p4.jpg

Sinon, l'idée est intéressante mais les élèves vont s'habituer à leurs propres pratiques est non aux "bests practices" qu'un enseignant est là pour transmettre normalement. J'espère qu'ils ont quelque chose d'efficace pour qu'ils oublient après-coup leurs mauvaises habitudes et réapprennent à "bien" coder. Sinon, j'ai vraiment pas envie de devoir lire leur code dans quelques années :-(

Portrait de Robyn

C'est vrai que pour l'instant la garantie d'avoir un emploi à la sortie est encore incertaine. Mais en comparaison des 3 années que j'ai passées en école d'ingénieurs, ce que j'ai appris en un mois, dépasse ce que j'ai appris durant la première ansée. Je pense que durant la formation nous auront largement de quoi prouver nos capacités, et la qualité de la formation. Par ailleurs free n'engage que très peu de développeurs. En outre la société Amétix s'est déja engagé a placer les 1000 premiers sortant de l'école avec des salaires incomparable a un macdo. Il reste aussi al possibilité de lancer sa propre statup, seul ou avec d'autres sortants de l'école par exemple. De plus Xavier Niel développe aussi un incubateur en partenariat avec la mairie de Paris, qui ouvrira ses portes d'ici 2016/17, ce qui correspondra grosso modo a la fin de la formation de la première promotion.

Portrait de Frédéric

Bienvenue dans la énième pseudo-école de pisseurs de code, qui non seulement vont dévaluer la profession mais également être engagés à des salaires digne de McDonald. Le cursus de 3 ou 5 ans ne débouchant pas sur un diplôme reconnu, qu'on m'explique qui va les engager, si ce n'est le patron de Free lui-même (...).

Portrait de Robyn

Pour répondre a la critique sur l'algorithmique : Bien au contraire, pendant ce mois la principale chose qui a été étudié est l'algorithmique. Ce ne sont pas des connaissance qui ont été inculquée, mais des défis de logique ont été proposé tout au long du mois. Meme sile language C a été utilisé pour la semaine, les connaissance acquise sont applicable a l'ensemble des langages de programmation étant donnés que très peu de fonctions spécifiques au C ont été utilisées. Environ 5 fonctions propres au C ont été utilisés, d'autres ont été utilisé par la suite, mais il a fallu dans un premier temps apprendre à les coder soi même.

Portrait de Kodi

Merci <3

Portrait de Anonyme

Programmer est une chose, mais ce n'est rien sans l'intelligence algorithmique.
Maths, physique.. ? Je ne pense pas que cela soit au programme...

Portrait de Anonyme2

Programme Amateur.

Portrait de  Michel

Une émission spécialisée dans la technologie et qui confond programmeur et programmateur.
Ça rend un peu circonspect...

Portrait de Anonyme

Programmateur Programmateur Programmateur Programmateur Programmateur Programmateur

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. If you have a Gravatar account associated with the e-mail address you provide, it will be used to display your avatar.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <script> <iframe>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Insert SoundCloud track or set with the [soundcloud:URL] tag.
  • You may insert videos with [video:URL]

Plus d'informations sur les options de formatage